Lundi 4 juillet 2017 – Le Brexit : l’occasion d’un nouvel élan pour le projet européen ?

brexit

« La politique, c’est important » comme le rappelait Michel Rocard. Certains leaders britanniques l’ont oublié lors de la campagne concernant le Brexit qu’ils ont pratiquée comme un jeu, n’hésitant même pas à « bluffer ». Ce fiasco démocratique est atterrant et n’honore pas la politique. A méditer!

Et maintenant? Oui, il est souhaitable que le Royaume Uni sorte rapidement de l’U.E, afin de clarifier les situations économique et sociale, les déplacements de population, etc. Afin aussi que chacun prenne la mesure de la réalité de cette situation nouvelle.

L’U.E nous assure la paix depuis 70 ans, mais cela ne suffit plus. Les citoyens ne voient plus ce que leur apporte l’U.E, le projet européen s’est abîmé durant ces deux dernières décennies. L’U.E apparaît trop tatillonne, se mêlant de tout, lourdement, avec trop de promesses escamotées, sans respecter la volonté exprimée par les peuples (comme dans le cas des référendums de 2005 en France et aux Pays Bas sur le projet de Traité Constitutionnel; qu’en sera-t-il des traités transatlantiques?)

La pratique du dogme de la « concurrence libre et non faussée » plus étendue que nulle part dans le monde (ce qui fragilise nos entreprises), la ligne « d’austérité »: tout cela a fait souffrir les peuples, parfois cruellement.

Le « plus d’Europe » avec un ministre des finances de la zone euro, un Trésor, un budget : ce n’est pas cela qui fera adhérer les citoyens au projet européen. Il faut aller vers une harmonisation sociale, fiscale, environnementale vers le haut; plus de solidarité et une meilleure protection des gens contre les accidents de la vie; vers plus de démocratie en donnant plus de pouvoir au Parlement européen (seule instance directement élue) et moins à la Commission. Laisser la démocratie retrouver son espace dans chaque État.

Quelques grands projets européens pourraient ainsi participer à créer un nouvel élan : agir pour préserver le climat (en premier lieu instaurer une taxe carbone aux « frontières » de l’U.E, valoriser les économies d’énergie, etc.), faire vraiment une Europe de l’Énergie (en étant ensemble, en pointe sur les énergies renouvelables, etc.), réaliser l’Europe du numérique, l’Europe de la Défense.

Peut-être réaliser une U.E « du premier cercle» de la zone euro ? Ce n’est pas une fuite en avant vers une super structure venue du haut de la construction européenne dont nous avons besoin, nous avons besoin de refonder le projet européen avec les peuples, pour lui donner du sens.

« Nous sommes beaucoup plus unis et nous avons beaucoup plus en commun les uns avec les autres que de choses qui nous divisent » (Jo Cox, députée britannique assassinée le 16 juin 2016)