11 janvier 2017- Débat sur les négociations internationales relatives au changement climatique

Matthias Fekl, Secrétaire d’état chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, est intervenu le 11 janvier 2017 lors d’un débat sur les négociations internationales relatives au changement climatique.

Voici ce qu’il a déclaré sur la COP 22, en complément de l’article que j’ai publié sur le sujet en décembre 2016:

Concernant la COP22 à Marrakech :

4 priorités ont été définies :

  • Finaliser l’Accord de paris: garantir l’adhésion de tous les pays et une ratification universelle ; définir les règles et les mécanismes nécessaires à sa mise en œuvre. Comme pour une loi nationale, besoin de décrets d’application. Ce travail sera finalisé l’an prochain (2 ans avant la date prévue).
  • Mise en œuvre des engagements concrets par chaque pays : nécessité de mettre en place des politiques publiques précises pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’adaptation aux effets du changement climatique. France : LTE par exemple. Au niveau de l’UE : Etats-membres ont décidé de réduire émissions de 40% en 2030. Finalisation du paquet énergie-climat 2030 espérée pour le mois de février.
  • Préparer le relèvement de l’ambition. Tous les pays se retrouveront en 2018, dans le cadre d’un « dialogue facilitateur », pour dresser un premier bilan des émissions globales au regard des objectifs de long terme de l’Accord. Ce sera une étape essentielle pour relever l’ambition des engagements nationaux et nous rapprocher d’une trajectoire compatible avec la limite des 2 ° C.
  • Continuer à soutenir les engagements portés par la société civile. Ce volet important de l’Accord de Paris est sorti renforcé de la COP22 – c’est une de ses nombreuses réalisations –à la fois parce que de nouvelles alliances politiques et de nouvelles coalitions y ont été formées, mais aussi parce qu’une nouvelle stratégie pour l’avenir de l’Agenda de l’action y a été dévoilée, sous le nouveau nom de « Partenariat de Marrakech pour l’action climatique mondiale ».