Diffusion de l’émission « J’aimerais vous y voir » sur LCP le 4 février prochain (11h45)

Mis en avant

LCP-tournage-1-1 - Copie - Copie

J’ai participé à l’émission « J’aimerais vous y voir » pour la chaîne de télévision LCP, en compagnie de Mathieu Ezingeard qui est éleveur laitier avec production de fromages Saint-Marcellin et Saint-Félicien (photo ci-dessus) et éleveur porcin avec transformation en charcuterie, à Saint-Just de Claix.

L’émission sera diffusée : – samedi 4 février à 11h45

                                             – dimanche 5 février à 15h45

                                              – lundi 6 février à 14h50

Elle sera ensuite disponible sur la page « replay » de l’émission, sur le site www.lcp.fr

Mon agenda en circonscription

Mis en avant

6 janvier 2017 : – assemblée générale de la FNACA Sud-Grésivaudan.

– cérémonie des vœux des communes de Voiron, Rives et Vourey.

7 janvier : – cérémonie des vœux de la commune de l’Albenc (ci-dessous, avec Mme le maire et Mme la Première adjointe).

img

                   – Assemblée générale de l’association « Moirans de Tout Temps » (photo ci-dessous).

IMG_2092

8 janvier : cérémonie des vœux de Saint-Sauveur.

9  janvier : – cérémonie des vœux de la CAPV Pays Voironnais.

                     – inauguration d’un nouveau commerce de centre-ville à Saint-Marcellin.

12 janvier : rencontre avec le responsable régional de RTE (Réseau de transport d’électricité).

13 janvier : – cérémonie des vœux de la commune de Voreppe.

– remise du chèque de soutien au Téléthon 2016 par l’association tullinoise Défis Solidaires.

14 janvier : – cérémonie des vœux des communes de Saint-Blaise du Buis, Chantesse et Saint-Marcellin (ci-dessous, lors des vœux de Saint-Blaise du Buis).

IMG_2180

                       – Nuit internationale de la lecture à Saint-Hilaire du Rosier (photo ci-dessous, avec Mme Nadia Pinard-Cadet, 1ere Adjointe).

P1220123 - Copie

15 janvier : cérémonie des vœux de Chasselay.

16 janvier : rencontre avec la Présidente du Tribunal de Grande Instance de Grenoble.

17 janvier : Journées du cinéma allemand de Voiron-Conférence sur l’Europe par le professeur Henri Oberdorff (photo ci-dessous).IMG_6917

Mon agenda à l’Assemblée nationale

Mis en avant

10 janvier 2017 : – questions au gouvernement.

– débat sur les politiques publiques en matière d’accès aux soins.

– Commission des affaires économiques : présentation du rapport d’information sur les objets connectés.

11 janvier : – Commission des affaires économiques : examen de la proposition de loi relative à la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle.

– questions au gouvernement.

– Commission des affaires économiques :

  • examen de la proposition de loi portant adaptation du code minier au droit de l’environnement (photo ci-dessous).
  • examen, en application de l’article 88 du Règlement, des amendements restant en discussion sur la proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir.

IMG_2108

Ma semaine en images

Mis en avant

IMG_6917Conférence sur l’Europe animée par le professeur d’université Henri Oberdorff à Voiron, mardi 17 janvier.

IMG_2245Cérémonie de vœux de la commune de Chasselay, avec l’équipe municipale, le 15 janvier.

IMG_2199 Lors des vœux en extérieur à Saint-Marcellin, ce même jour.

IMG_2196Lors des vœux a Chantesse avec Mme la Maire et Brigitte qui a été médaillée du travail, le 14 février.

IMG_2180

IMG_2189Cérémonie des vœux à Saint-Blaise du Buis ( ci-dessus avec Mme la Maire), le vendredi 14 février.

IMG_2153A Tullins le 13 janvier pour la remise du chèque du Téléthon.

IMG_2110Lors de la cérémonie des vœux à Voreppe, le 13 janvier.

Semaine du 2 janvier 2017-En circonscription, en images

Mis en avant

Voeux CAPV Pays VoironnaisVoeux de la CAPV Pays Voironnais, le 9 janvier 2017.

img_5074Lors de la cérémonie des vœux de Saint-Sauveur, ce même jour.

IMG_2106

Lors de l’inauguration d’un nouveau commerce de centre-ville à Saint-Marcellin, le lundi 9 janvier 2017.

IMG_2092Assemblée générale de l’association « Moirans de tout temps », le 9 janvier 2017.

imgLors de vœux de la commune de l’Albenc, avec Mme le Maire et Mme la première Ajointe, le 7 janvier 2017.

IMG_2081Assemblée générale de la FNACA, samedi 7 janvier 2017.

12 janvier 2017 – Proposition de Loi relative au respect de l’animal en abattoir

Mis en avant

Vache_Montbéliarde - Copie

La proposition de Loi relative au respect de l’animal en abattoir a été examinée par les députés, jeudi 12 janvier 2017. Elle fait suite à plusieurs scandales dans les lieux d’abattage français cette année.

Le respect de l’animal, et en particulier les conditions d’abattage, est un sujet qui me tient à cœur et d’une grande importance pour les députés écologistes.

Certaines mesures constituent des avancées : le texte instaure notamment un Comité d’éthique des abattoirs, qui aura pour mission d’émettre des avis sur l’évolution de la législation et de la réglementation relative à la protection animale en abattoir et devrait rassembler des professionnels, des éleveurs, des représentants des associations de protection animale, des chercheurs, des vétérinaires ou encore des parlementaires. Un Comité local de suivi du site sera aussi institué auprès de chaque abattoir.

Sur le plan juridique, un article du texte qualifie de délit pénal la maltraitance des animaux en abattoir et dans les entreprises de transport.

Grâce à un amendement déposé par les députés écologistes, un rapport devra être fait sur les modalités d’une possible interdiction de l’abattage des vaches gestantes.

L’article instituant un contrôle vidéo dans les abattoirs, supprimé lors de l’examen de la proposition de Loi en Commission des affaires économiques, a été finalement rétabli en séance. Des caméras de surveillance devraient donc être installées dans chaque abattoir à partir du 1er janvier 2018 et à l’issue d’une expérimentation, dont les modalités restent à préciser. Les images enregistrées pourront être consultées par les responsables de protection animale désignés dans les établissements et les services de l’Etat de contrôle vétérinaire ; les directions des abattoirs ne pourront pas avoir accès à ces images.

Je me suis prononcée contre cette mesure qui peut générer un climat de suspicion et de stress pour les salariés et peut se révéler dangereuse : si l’on suit cette logique, installera-t-on demain des caméras de surveillance à l’Hôpital (pour surveiller les infirmières et le personnel médical), dans les maisons de retraite (pour contrôler les employés et les aide soignants), dans les établissements scolaires (pour surveiller les professeurs)… ?

Je suis pour un renforcement de la présence humaine: il aurait été plus judicieux de préserver dans le texte de Loi une mesure (supprimée en séance) qui prévoyait la présence, en permanence, d’un agent des services vétérinaires aux postes d’étourdissement et de mise à mort dans les abattoirs de boucherie de plus de 50 salariés (j’aurais même souhaité que cette mesure s’applique également pour les plus petits abattoirs).

Le problème ne vient pas des salariés des abattoirs, mais de l’abattoir lui-même : sa cadence, sa rentabilité à tout crin, son découpage fordiste des tâches, son matériel peu adapté…Je considère que c’est l’amélioration des conditions de travail des employés qui mènera à une amélioration des conditions d’abattage des animaux.

J’ai soutenu plusieurs amendements déposés par mes collègues écologistes, comme la participation des salariés dans les instances de concertation, la mise en place d’une expérimentation pour les abattoirs mobiles et la présence obligatoire d’un vétérinaire dans tous les abattoirs (et pas seulement ceux de plus de 50 salariés).

Certains aspects de la maltraitance ont été occultés dans ce texte de Loi : des articles manquent, concernant par exemple les conditions de vie des animaux dans les élevages industriels, qui sont loin d’être optimales. La question importante du transport des animaux n’a pas non plus été abordée; c’est pourquoi je suis cosignataire avec Philippe Noguès de la proposition de Loi relative à la protection des animaux durant les transports.

Ma semaine à l’Assemblée nationale

Mis en avant

10 janvier : – questions au gouvernement.

– débat sur les politiques publiques en matière d’accès aux soins.

11 janvier : – Commission des affaires économiques : examen de la proposition de loi relative à la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle.

– questions au gouvernement.

– Commission des affaires économiques: examen de la proposition de loi portant adaptation du code minier au droit de l’environnement (photo ci-dessous).

img_2108

Vote du budget: un point sur la dette publique

La dette publique de la France (selon les critères définis par le traité de Maastricht) est la dette de toutes les administrations publiques françaises, c’est-à-dire les emprunts effectués par l’Etat, les collectivités territoriales et les organismes publics français (entreprises publiques, certains organismes de sécurité sociale…)

L’endettement de la France représente désormais 97,6% du PIB, soit 0,9 de moins qu’au second trimestre 2016

Au cours des dernières années, la dette publique a surtout augmenté de manière très importante sous la présidence de Nicolas Sarkozy : elle est passée de 1200 milliards  en 2012 à 1800 milliards d’euros à la fin du quinquennat.

Depuis la prise de fonction de François Hollande, la dette publique a légèrement augmenté en début de quinquennat puis est entrée depuis 2014 dans une période de relative stabilité.

Le PIB de la France est aussi en légère hausse (+ 0,2% sur trois mois) et augmente de 1,1% sur un an.

Selon l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), à la fin du 3e trimestre 2016, la dette publique française est en baisse de 10,3 milliards par rapport au trimestre précédent et s’établit à 2160,4 milliards d’euros. Cela représente une baisse de 0,5% sur trois mois.

b6ae1fc62fdd91a5036903c822bf19a5-627x627 - Copie

Il s’agit de résultats encourageants, même s’il faut mettre ce chiffre en perspective avec l’évolution de la dette sur l’ensemble de l’année, qui a augmenté de 2,7%.

12 janvier 2017 – Proposition de Loi pour la réforme de la prescription en matière pénale

hammer-719066_1920-copie

Les députés ont adopté, jeudi 12 janvier 2017, en deuxième lecture, une proposition de Loi visant à doubler les délais de prescription pénale.

Ainsi, les auteurs de crime (homicide, crime sexuel etc.) pourront être poursuivis non plus 10 ans mais 20 ans après les faits. Le délai de prescription passe de 3 à 6 ans pour les délits de droit commun (vol, recel, abus de faiblesse etc.).

Concernant les infractions financières occultes ou dissimulées : le point de départ du délai de prescription ne sera plus la date de l’infraction elle-même mais la date de sa révélation.

Les députés écologistes ont déposé plusieurs amendements sur la prescription des agressions sexuelles. Nous souhaitions que le délai de prescription soit porté à 30 ans à partir du moment où les victimes atteignent leur majorité (non-retenu). Nous avons aussi demandé que les auteurs d’agressions sexuelles puissent être poursuivis s’ils avaient commis leur crime moins de 6 ans après l’entrée en vigueur du texte. Cet amendement a été retiré car il risquait d’être censuré par le Conseil constitutionnel, en vertu de la non-rétroactivité des lois.

La proposition de Loi devra faire l’objet d’une nouvelle lecture devant les parlementaires, mais il n’est pas certain que ce dernier examen du texte puisse avoir lieu avant la fin de la session parlementaire.